text.skipToContent text.skipToNavigation

Droit et littérature dans le contexte suédois Essai sur la littérature et le droit von Bouquet, Philippe (eBook)

  • Erscheinungsdatum: 13.05.2015
  • Verlag: Flies France Éditions
eBook (ePUB)
12,99 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

Droit et littérature dans le contexte suédois

Quel place représente la justice dans la littérature suédoise ?L'idée d'étudier les rapports entre droit et littérature vient du monde anglo-saxon et plus précisément américain. Cette idée a donné lieu à la création d'un courant de pensée dont le livre Law's Stories représente actuellement le bréviaire sur les campus américains.D'une part ce mouvement a généré des études nouvelles sur quelques grands textes du patrimoine mondial tels que Antigone, Billy Budd, Sailor, Le Procès ou encore L'Etranger, dont les problèmes juridiques ont ainsi fait l'objet d'une attention plus fouillée et plus technique. D'autre part, le discours des textes juridiques et jurisprudentiels a été examiné d'un point de vue littéraire ou plus générale ment linguistique. [...]Pourquoi appliquer les méthodes de ce mouvement au cas suédois ? Deux raisons au moins viennent à l'esprit. La première est que le mot suédois pour " justice ", rättvisa, est absent de très nombreux dictionnaires modernes. La plupart des dictionnaires postérieurs au Ordbok öfver Svenska Språket de 1853 semblent procéder selon l'hypothèse, lourde de conséquence, que l'entrée rätt est suffisante pour définir à la fois rätt et rättvisa. Cela semble affirmer que la justice et la conformité aux règlements sont une seule et même chose. Cela ne va pas de soi et on peut être tenté de se demander quel état de fait a poussé les auteurs de dictionnaires à diffuser une telle opinion, et quelles en sont les conséquences pour le rapport entre le droit et les lettres dans la société suédoise.Cet ouvrage littéraire, regroupant les actes d'un colloque, permettra de présenter la justice au sein de la littérature suédoise.À PROPOS DES AUTEURSPhilippe Bouquet est traducteur de littérature suédoise. Il a notamment traduit Aniara le roman du prix Nobel de littérature suédois Harry Martinson.Pascale Voilley est également traductrice et a travaillé avec de nombreuses maisons d'édition.EXTRAITDroit et littérature.

Produktinformationen

    Format: ePUB
    Kopierschutz: AdobeDRM
    Seitenzahl: 175
    Erscheinungsdatum: 13.05.2015
    Sprache: Französisch
    ISBN: 9782373800432
    Verlag: Flies France Éditions
    Größe: 880kBytes
Weiterlesen weniger lesen

Droit et littérature dans le contexte suédois

ASPECTS DU RAPPORT CONCRET ENTRE DROIT ET LITTERATURE

LES LOIS PROVINCIALES DE LA SUÈDE MÉDIÉVALE

François EMION

Droit et littérature. Le rapprochement de ces deux termes est en soi un paradoxe, tant ce qu'ils désignent semble au premier abord incompatible. Mais l'existence même de ce colloque implique que la réflexion d'intervenants venus d'horizons différents est à même de réduire cette apparente contradiction et de mettre en évidence les liens qui peuvent s'établir - à différents niveaux, entre ces deux notions. Nul ne contestera que l'énoncé juridique est fort éloigné de notre conception commune du récit littéraire et qu'il se caractérise par un langage bien spécifique ayant recours non seulement à un jargon technique, mais à une syntaxe et un style rebutants pour le non spécialiste, et en tout cas à l'opposé de l'esthétique supposée du texte narratif.

En choisissant d'évoquer les codes de lois provinciales de la Suède médiévale, on peut espérer résoudre une partie de ce paradoxe, car cette profonde incompatibilité s'estompe quelque peu si l'on remonte au stade primitif des lois que sont ces premiers codes, dont la rédaction, sous la forme que nous leur connaissons, remonte aux XIIIe et XIVe siècles. Dans cette perspective historique, codification du droit et littérature se mêlent étroitement. Nous sommes dans un seul et même contexte, celui de la genèse d'une culture écrite en langue vernaculaire, de l'élaboration d'une littérature nationale au sens propre du terme. La rédaction des lois constitue ainsi l'un des tout premiers événements de ce processus culturel assez tardif en Suède. Ce retard est généralement expliqué par la relative lenteur avec laquelle se mettent en place les conditions favorables à l'éclosion d'une culture écrite : d'une part, une situation politique stable (en l'occurrence, un pouvoir royal fort) et, d'autre part, une Eglise solidement implantée. Or ces deux conditions ne sont vraiment réunies qu'au XIIIe siècle sur le sol suédois.

En opposant trop nettement énoncé juridique et texte littéraire, nous appliquons à l'évidence des catégories de pensée qui ont peu de chance d'avoir eu une réelle pertinence aux époques qui nous concernent. L'usage de plus en plus intensif et répandu de l'écriture a eu un effet incontestable sur la diversification des savoirs et des formes d'expression 1 . Cela ne signifie pas que les hommes vivant dans des cultures de tradition orale - comme c'était pratiquement le cas en Suède à la veille du XIIIe siècle, aient été dans l'incapacité de ressentir ou même d'établir des distinctions et des démarcations au sein du corpus de traditions qui était à leur disposition. Mais les différents énoncés de cette tradition, destinés à être transmis oralement, c'est à dire écoutés, assimilés et répétés, et relevant donc de processus complexes de mémorisation et de communication, obéissaient tous à des règles communes : celles qu'impose ce support à la fois labile et créatif qu'est la mémoire humaine. Autrement dit, formulations stéréotypées, allitérations, assonances et autres procédés mnémotechniques sont la caractéristique des savoirs transmis oralement, qu'il s'agisse de poésie et de mythes, de listes généalogiques ou de droit. Plus profondément, les clivages auxquels nous sommes habitués et qui nous semblent naturels entre, par exemple, prose et poésie, mythe et histoire, réalité et fiction, s'avèrent bien moins pertinents lorsqu'il s'agit de culture orale.

Or certains traits stylistiques caractéristiques de la tradition orale apparaissent précisément dans les lois provinciales suédoises qui présentent en outre un ton volontiers archaïque 2 . Il suffit de citer ce célèbre passage de la loi de Dalécarlie 3 :

Marght är ilz öki.

Oc wardir hani manz bani.

La bildir a wäg,

flögh wp hani oc a bild,

nipir

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen

    HOFER life eBooks: Die perfekte App zum Lesen von eBooks.

    Hier findest Du alle Deine eBooks und viele praktische Lesefunktionen.