text.skipToContent text.skipToNavigation

Les Hauts de Hurle-vent von Brontë, Emily (eBook)

  • Erschienen: 29.06.2015
  • Verlag: Booklassic
eBook (ePUB)
0,99 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

Les Hauts de Hurle-vent

Les Hauts de Hurle-vent sont des terres situées au sommet d'une colline et balayées par les vents du nord. La famille Earnshaw y vivait, heureuse, jusqu'a ce qu'en 1771, M. Earnshaw adopte un jeune bohémien de 6 ans, Heathcliff. Ce dernier va attirer le malheur sur cette famille. Des le début, Hindley, le fils de Earnshaw éprouve une profonde haine pour cet intrus. A la mort de son vieux bienfaiteur , Heathcliff doit subir la rancoeur de Hindley, devenu maître du domaine. Humilié par sa condition subalterne, Heathcliff, qui pourtant aime passionnément Catherine, la soeur de Hindley, jure de se venger. Sa fureur est décuplée lorsque Catherine, au tempérament aussi passionné que le sien, épouse le riche Edgar Linton...

Produktinformationen

    Größe: 673kBytes
    Herausgeber: Booklassic
    Sprache: Französisch
    Seitenanzahl: 228
    Format: ePUB
    Kopierschutz: none
    ISBN: 9789635259328
    Erschienen: 29.06.2015
Weiterlesen weniger lesen

Les Hauts de Hurle-vent

Chapitre 2


Hier, l'après-midi s'annonçait brumeuse et froide. J'avais envie de la passer au coin du feu dans mon cabinet de travail, au lieu de patauger dans la bruyère et dans la boue jusqu'à Hurle-Vent. Après le dîner, je remontai. ( N-B. - Je dîne entre midi et une heure : la femme de charge, respectable matrone que j'ai prise avec la maison comme un immeuble par destination, n'a pas pu, ou n'a pas voulu, comprendre la requête que je lui avais adressée pour être servi à cinq heures). Je gravis donc l'escalier dans cette intention paresseuse ; mais, en entrant dans la pièce, je vis une servante à genoux, entourée de brosses et de seaux à charbon ; elle soulevait une poussière infernale en éteignant les flammes sous des monceaux de cendres. Ce spectacle me fit aussitôt reculer. Je pris mon chapeau et, après une course de quatre milles, j'arrivai à la porte du jardin de Heathcliff juste à temps pour échapper aux premiers flocons d'une averse de neige.

Sur ce sommet découvert, la terre était durcie par une gelée noire et le vent me fit frissonner jusqu'à la moelle. Ne parvenant pas à enlever la chaîne, je sautai par-dessus la barrière, montai en courant la chaussée dallée bordée çà et là de groseilliers, et frappai en vain pour me faire admettre, tant et si bien que les jointures des doigts me cuisaient et que les chiens se mirent à hurler.

" Misérables habitants de cette demeure ! proférai-je mentalement, vous mériteriez, pour votre grossière inhospitalité, de rester à perpétuité isolés de vos semblables. Vous pourriez au moins ne pas tenir vos portes barricadées en plein jour. Peu importe : j'entrerai ! " Cette résolution prise, je saisis le loquet et le secouai violemment. La tête et la face vinaigrée de Joseph se montrèrent à une lucarne ronde de la grange.

- Qué qu'vous voulez ? cria-t-il. Le maître a descendu au parc à moutons. Faites l'tour par le bout d'la grange, si c'est qu'vous voulez lui parler.

- N'y a-t-il personne à l'intérieur pour ouvrir la porte ? lui criai-je en réponse.

- N'y a personne qu'la maîtresse, et é n'ouvrira point, quand même que vous feriez votre vacarme infernal jusqu'à la nuit.

- Pourquoi ? Ne pourriez-vous lui dire qui je suis, hein ! Joseph ?

- Moi ? que nenni ! J'voulions point m'en mêler, grommela la tête, qui disparut.

La neige commençait à tomber dru. Je saisissais la poignée du loquet pour faire un nouvel essai, quand un jeune homme sans veste, et portant une fourche sur l'épaule, apparut dans la cour derrière la maison. Il me héla en me faisant signe de le suivre et, après avoir traversé une buanderie et une cour pavée contenant un magasin à charbon, une pompe et un pigeonnier, nous arrivâmes enfin dans la grande pièce, chaude et gaie, où j'avais déjà été reçu. Elle resplendissait délicieusement à la lueur d'un immense feu de charbon, de tourbe et de bois ; près de la table mise pour un plantureux repas du soir, je fus charmé d'apercevoir " La maîtresse ", personne dont je n'avais pas encore soupçonné l'existence. Je saluai et j'attendis, pensant qu'elle me prierait de prendre un siège. Elle me regarda en s'appuyant sur le dossier de sa chaise, mais resta immobile et muette.

- Vilain temps ! remarquai-je. Je crains, Mrs Heathcliff, que la porte n'ait à se ressentir des conséquences du service un peu relâché de vos domestiques ; j'ai eu de la peine à me faire entendre d'eux.

Elle ne desserrait pas les lèvres. J'ouvris de grands yeux... elle ouvrit de grands yeux aussi ; ou plutôt elle fixa sur moi un regard froid, indifférent, excessivement embarrassant et désagréable.

- Asseyez-vous, dit le jeune homme d'un ton bourru. Il va bientôt rentrer.

J'obéis, je toussai, j

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen

    Hofer life eBooks: Die perfekte App zum Lesen von eBooks.

    Hier findest Du alle Deine eBooks und viele praktische Lesefunktionen.