text.skipToContent text.skipToNavigation
background-image

Positiver la crise avec Yves Montand von Baro, Setni (eBook)

  • Erscheinungsdatum: 06.12.2016
  • Verlag: Books on Demand
eBook (ePUB)
9,99 €
inkl. gesetzl. MwSt.
Sofort per Download lieferbar

Online verfügbar

Positiver la crise avec Yves Montand

Vive la Crise, présenté par Yves Montand, et diffusé le 22 février 1984 sur Antenne 2 (l'actuelle France 2) mélangeait vrais et faux reportages télévisés, le tout avec une volonté affichée de pédagogie économique. L'émission était un docu-fiction avant l'heure diffusé en prime-time. Le but? Rendre la crise supportable, voire excitante (pour les plus optimistes). Beaucoup de détracteurs y ont vu une justification du "tournant de la rigueur"opéré par le gouvernement socialiste.

Ancien étudiant en Histoire à Paris 1, Setni Baro a eu un parcours sinueux : documentaliste, inventoriste, employé dans des call-centers, vacataire pour le ministère de l'Education nationale...

Produktinformationen

    Format: ePUB
    Kopierschutz: watermark
    Seitenzahl: 464
    Erscheinungsdatum: 06.12.2016
    Sprache: Französisch
    ISBN: 9782322159543
    Verlag: Books on Demand
    Größe: 13795kBytes
Weiterlesen weniger lesen

Positiver la crise avec Yves Montand

INTRODUCTION

Le 28 septembre 2006, le journaliste et blogueur Sébastien Fontenelle publiait sur le site Le Monde Citoyen ( un article intitulé " Le bel avenir (moustachu) de Libé ". Il évoquait dans l'article sur un ton très moqueur le possible retour à Libération de Laurent Joffrin (le " moustachu " du titre), afin de remplacer " Serge Vive la Crise July ", poussé quelques mois plus tôt à la démission à cause de la situation financière difficile du quotidien, dont les ventes ont fortement baissé. Presque deux mois plus tard, dans les commentaires de la note publiée le 14 novembre 2006 sur son blog ( Sébastien Fontenelle expliquait cette situation de la manière suivante :

Ce qui a tué " Libé ", de mon point de vue, c'est, j'ai déjà eu l'occasion de le dire ici, son passage de Sartre à Rotschild - pour schématiser. (Mais pas tant que ça.) Son ralliement inconditionnel aux joies du Marché (vive la crise!)

Et son idée que le traitement sympatoche des questions de société ferait la différence.

Mauvaise pioche: pour ça, on a déjà Christine Boutin, merci.

Or Joffrin a gentiment accompagné/incarné cette normalisation de " Libé ".

Ce nivellement libéral par le bas.

En d'autres termes, aux yeux de Sébastien Fontenelle, ce qui a nui à Libération , c'est le reniement des idées et des valeurs sur lesquelles le quotidien avait été fondé. Et Laurent Joffrin entré en 1981 à Libération , est considéré comme l'un des acteurs de ce retournement idéologique, car il était passé par le CERES, le courant chevènementiste et marxisant du PS, avant de prendre très vite ses distances avec ce courant à la fin des années 1970, et de se ranger du côté de ceux qui critiquaient le Programme commun. Sébastien Fontenelle n'était pas le seul à reprocher à Laurent Joffrin de s'être renié. Dans son numéro 5 (décembre 2006-janvier 2007), le bimestriel Le Plan B imaginait même un procès de Laurent Joffrin :

LE PRÉSIDENT : Accusé, mettre la gauche à droite, est-ce adroit ? [Il glousse.]

L'ACCUSÉ : Sur ce terrain, barbiche mise à part, hé, hé !, j'avance à visage découvert depuis plus de vingt ans. En 1984, l'émission Vive la crise ! , c'était moi. Montand et Minc récitaient ma partition. Mon adagio télévisé était subtil : à bas les grosses caisses des syndicats corporatistes avinés, vive les symphonies techno-monarchistes de Philippe de Villiers.

LE PROCUREUR : N'auriez-vous pas plagié ce refrain ?

L'ACCUSÉ [incapable de contrôler son tic verbal du " hé, hé "] : Hé, hé ! que non. Dans mon livre La Gauche en voie de disparition , j'expliquais dès 1984 : " Aux choeurs lourdauds des manifs de la gauche, les Français préfèrent les mélodies légères des chorales de quartier, aux slogans vengeurs les vocalises apaisantes, et aux mouvements de menton des chefs de parti les mouvements de baguette des chefs d'orchestre ". Pas mal !

LE PRÉSIDENT : Mais ça ne veut rien dire ! " Vocalises apaisantes ", n'était-ce pas plutôt l'époque du capitalisme brutal de Reagan et de Thatcher ?

LA DÉFENSE : Monsieur le président, Reagan répercutait le cri de la société civile contre l'État, comme Rothschild aujourd'hui. Pour mon client, " il n'y a pas d'autre moyen de rénover enfin la culture politique de la gauche que d'y injecter massivement les valeurs du marché. En ce sens, le capitalisme est l'avenir de la gauche. Et, face à une bourgeoisie française conservatrice et rentière, la gauche est l'avenir du capitalisme

Weiterlesen weniger lesen

Kundenbewertungen